...VOSSTANIE...

...VOSSTANIE...
Difussion en ce moment: Autonomie Ouvrière ? Commentaires discussion débat autour du texte: Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière de Lucia Bruno

>>>> Fil Tumblr Vosstanie

mercredi 21 février 2018

Économie des conflits sociaux - Prochaine émission avec João Bernardo (Mars 2018)

Prochaine de Radio Vosstanie !
avec 
João Bernardo

Autour de son livre 

Économie des conflits sociaux 
(Economia dos conflitos sociais

 - Mars 2018 -


 Cortez Editora 1991 (1ère édition) 

Expressão Popular Editora 2009 (2ème édition)




EN SAVOIR PLUS

Labyrinthes du fascisme avec João Bernardo Emission du 26/09/2015

Son parcours jusqu'à l'expérience du Journal Combate (1974-1978)
A l'initiative du journal avec Rita Delgado et João Crisóstomo.
extrait de l'émission 

 

mardi 20 février 2018

Notre ami et camarade José Hipolito Santos n'est plus (1932-2017)

 José Hipolito Santos

 [IN MEMORIAM]
 1932-2017

Notre ami et camarade José Hipolito Santos n'est plus...



Ancien membre de la LUAR (Liga de Unidade e Acção Revolucionária) - Des Cadernos de Circunstancia.
Acteur de la révolte da Sé en 1959 et du "Golpe de Beja" le 1er Janvier 1962.
+ Itinéraire En 5 parties.
1- Premiers engagements - Seara nova et Antonio Sergio - La révolte da Sé - Golpe de Béjà, la prison.
2 - L'Exil - de L'Algérie au Maroc.
3 - Les Cadernos de Circunstância et Mai 1968.
4 - La LUAR.
5 - Retour au Portugal en 1974 . Des "moradores" au PRP.


 
Ancien membre de la LUAR (Liga de Unidade e Acção Revolucionária) - Des Cadernos de Circunstancia.
Acteur de la révolte da Sé en 1959 et du "Golpe de Beja" le 1er Janvier 1962.

-
TELECHARGER LE SON
136 minutes






Voir aussi le journal Mapa de février-avril 2018 N° 19 ou un long portrait lui est consacré. 



Se a gente lutar por ela 

jeudi 15 février 2018

Soldat Jamais ! - Point de vue image de classe (21)

Soldat Jamais !
Point de vue image de classe (21)


Je n’ai pas eu à me justifier. À sortir ma batterie d'arguments. Mes parents étaient déjà préparés au courant depuis que j’avais choisi une filière littéraire ma "virilité" avait déjà été mise à mal.

Alors pendant que je tentais désespérément de démontrer l’inexistence de Dieu, et de critiquer cette posture d’immigré qui s’excuse constamment et dit merci à chaque phrase, j'annonçais comme ça sans rapport que je ne voulais pas faire l'armée. Personne n’a vraiment eu quelque chose à en redire sur le moment.

Vian tournait dans ma tête

Demain ça sera ton jour “ *

Ce fut le moment de réactiver un peu d’histoire familiale.

Mon père insoumis restait discret. Ma mère ruminait la manière dont elle allait l’annoncer aux ami(e)s et connaissances.

Le milieu dit "anarchiste" de l'époque fut incapable et inexistant pour m’orienter ou me soutenir dans mon souhait de me soustraire à cette “obligation”. La fameuse “entraide” libertaire au milieu de ricanements.

J’ai vite compris ce qu’était un fonctionnaire de la révolte au sens propre comme au figuré.

20 mois.

J’étais recherché dans un autre pays. Ma grand mère catastrophée avait appelé un soir. C'était écrit à côté de la vielle église du village. L’infamie à son comble.

Mon objection de conscience fut un moment possible pour préparer une révolution. Une manière de dire que j’étais contre le monde. Peut-être que je n’ai pas eu assez de "courage" pour l'insoumission ? Je n'étais pas dans ce registre de l’héroïsme militant.

On se taille une ligne de vie ou un truc comme ça. Quelque chose que l’on ne peut pas oublier parce qu’on l’a dans le creux quand on tient un stylo ou quand on donne sa main.

Pendant que je suis en “poste” depuis quelques mois le service national est “enterré” nous dit-on alors. Chirac décide de «suspendre» l'appel obligatoire sous les “drapeaux” .

20 ans après les vieilles “nostalgies” puantes s’invitent sur fond d’offensive anti-sociale.

Faut qu' les gros puissent se goinfrer
Faut qu' les petits puissent engraisser
“*

On regarde dans le rétro. Je pensais être le dernier d’un temps. À quoi bon je me disais ….?

On fêtera peut-être les tranchés en novembre prochain qui sait ? Avec tambours et trompettes.

encore une fois
Rompons les rangs !


Note.

* Les Joyeux Bouchers par Boris Vian




 
Otto Dix  - Abend in der Wijtschaete-ebene (Novembre 1917), 1924

mercredi 14 février 2018

Labirintos do Fascismo (3ª versão) / João Bernardo (Parution PDF)

 
Parution de la troisième et dernière version (2018)  revue et augmentée de   


 LABIRINTOS DO FASCISMO  
 Na encruzilhada da ordem e da revolta 

João Bernardo 

Labyrinthes du Fascisme

1481 pages version PDF

(En langue portugaise)


EN SAVOIR PLUS

Labyrinthes du fascisme avec João Bernardo Emission du 26/09/2015


-

PROCHAINEMENT (COURANT MARS )
UNE EMISSION SUR 
L'ECONOMIE DES CONFLITS SOCIAUX 

 


vendredi 26 janvier 2018

Nihilisme sociologique ou enquête ouvrière ?

Nihilisme sociologique ou enquête ouvrière ?

Autour de l’ouvrage de Jean-Pierre Durand
La fabrique de l’homme nouveau.


“Nous reconnaissons bien la nécessité, le caractère inévitable de tous les événements qui se passent, mais nous ne nous inclinons pas indifféremment devant eux”

Mikhaïl Bakounine 
Œuvres - Tome IV. FRAGMENT, formant une suite de


Vous êtes en route pour visiter un psychiatre (pourquoi pas ?) quand votre médecin référent vous appelle de toute urgence pour vous annoncer que vous avez une maladie incurable, 5 ans tout au plus.

Quand soudain il vous invite à vous arrêter net au prochain magasin de bricolage pour vous acheter prestement une pelle. Il vous incite alors à creuser immédiatement votre propre tombe.

En arrivant plus tard chez le psychiatre alors que vous êtes sous le sous le coup de la sidération, ce dernier vous conseil alors d’aller vous cacher en attendant de décéder lentement.

C’est à peu près l’effet que peut faire la lecture des ouvrages de sociologie de notre époque ou d’analyses de l’économie dite “libérale”. Le dernier en date que nous avons longuement feuilleté et plusieurs fois le soir très tard après une journée éreintante portait le titre : La fabrique de l’homme nouveau sous-titré travailler consommer et se taire, d’un certain Jean-Pierre Durand.

Outre le fait que l’on ne connaissait pas cet individu dont nous n’avions jamais entendu parlé, pas même sur notre sur notre lieu de travail (quel scandale !) on peut se demander alors pourquoi il est important de le lire son ouvrage (un de plus) dont la critique ne nous semble pas forcément obligatoire mais parce qu'elle nous indique encore les impasses d’un genre, certaines limites théoriques ou l'absence de perspectives, que l’auteur ne dégage pas pour des raisons que nous tenterons d’analyser. Mais surtout parce que tout ceci nous permet particulièrement d’avancer sur nos propres limites et insuffisances.

Mais avant….

Vivre les choses, ressentir ce qu’il se passe, être touché impacté par tout un tas d'événements plus ou moins conflictuels au travail ou au quotidien suscite un nombre de réponses assez différentes. Il n’en va de même pour les questions posées qui ne s’invitent plus forcément dans le débat.

Fuite, dépression, replis sur la sphère “privée” (ou se trouve est-elle actuellement ?) ou des loisirs, les alternatives ou stratégies d’évitements sont nombreuses et compréhensibles.

Ce qui ne fait plus vraiment “sens” c’est notre rôle, notre place dans ce commerce de relations et d'interactions dont on perçoit a minima si l’on est pas complètement dans une bulle qu’elles permettent à certains de s’enrichir et à d’autres de gagner laborieusement leur pitance et à d’autres encore de vivre tranquillement du moins le pensent-ils.

Mais que peut-il bien se dégager de cette répétition sisyphéenne ?

Que dit-elle sur nous-mêmes ou sur nos aspirations ? De l’ordre social dominant par exemple ? Ces questions dites “existentielles” semblent se noyer dans la nécessité de la survie et la quotidienneté. Payer son loyer ou occuper son temps dit mort d’ersatz de vie cellophané ne semble même plus être questionné.

A cela la sociologie n’a jamais proposé que l’implacabilité de faits moyens et une péremptoire scientificité dont nous verrons la fortune un peu plus tard.  Comme une forme de phénoménologie  au sens étymologique [1] du terme dont l'objet se trouve être destiné aux différentes instances de contrôle de l'ingénierie sociale étatique, la gouvernance (par le marché) ou pour alimenter le big data.

L’analyse de la répétition et des interdépendances, l’exposition de faits ne contiennent pas d'interprétations intrinsèques, n’indiquent rien de ce que nous alimentons. Ils ressemblent à des grands constats qui n’invitent plus à aucune mobilisation ou à la stimulation de notre imaginaire. Sauf peut-être de participer à l’ouverture de portes déjà grandes ouvertes d’une morne réalité que l’on nous demande d’accepter tantôt comme magique ou comme rationnellement morbide ceci en fonction des intérêts du moment.

Constater serait déjà un premier pas ?

Mais l’analyse des inégalités par exemple, ne dit plus rien du projet d’émancipation, puisqu’il ne s’agit que de discuter d’égalité “des chances” dans la concurrence ou du droit à être “différent” pour pouvoir se vendre comme un objet flexible et original.

Les inégalités économiques et sociales semblent maintenant aussi “injustes” que le salaire du footballeur, c’est à dire aussi incroyables qu’ indispensables pour que ce monde puisse tourner.

S’il est de moins en moins question d’avoir accès à la science de sa misère dans une optique de critique radicale du monde et donc d’abolition ou de destruction de l’ordre existant, et par la même de sa condition, c’est qu’il s’agit de plus en plus trouver des solutions pour une  harmonie douteuse dans un monde inquiétant, absurde pour certains plus certainement destructeur pour la majorité la population.

En ce qui concerne les “propositions” philosophiques (sans parler du politique) du moment, elles ne suscitent que des solutions de pacotilles spiritualistes aussi virtuelles qu’aux prétentions vertueuses et participent finalement de la résignation par l'intériorisation de problématiques qui ne sont plus que personnelles, ou des communautés aliénés au marché. Il n’y a qu’à constater la manière dont s'agglutinent et s’articulent les mots valises, creux et expiatoires comme des formes de prières.

Si les hommes pouvaient régler toutes leurs affaires suivant un dessein arrêté ou encore si la fortune leur était toujours favorable, ils ne seraient jamais prisonniers de la superstition ”
                                                                Spinoza -  Préface au Traité théologico-politique.

La pauvreté, la précarité, la fragilité a aussi fait de nous des êtres potentiellement dominés par des puissances qui nous dépassent. L’étude et la rationalisation de cette fragilité ou du malheur possible suscite aussi notre souhait de maîtrise des événements pour ne plus être le produit de la contingence, de l'arbitraire ou des discours sur la nécessité.

Il s’avère même possible dans cette recherche de “sens” que nous nous trouvions finalement dominés par nos propres constructions intellectuelles, nos propres fétiches.

Ce qui interroge au-delà du souhait légitime de “comprendre” c’est que du folklore réactionnaire au pantomime “progressiste” l’unique but soit finalement d’administrer la conflictualité et le marché de manière plus ou moins régulée. Finalement le consensus est total.

Il ne s’agit donc plus de “changer de base” et le sens de ce couplet [2] imposait ses objectifs et ses moyens d’y parvenir.

Comme on n’a jamais vu un marteau s’emparer d’un homme ou d’une femme.  On ne verra donc jamais la sociologie se préoccuper de révolution sociale, d’abolition de l’argent ou de tout ce qui permet la disparition du capitalisme.


Mais reprenons le fil après ces digressions d’ordre générale pour nous concentrer sur notre objet…


Le fameux livre, celui de Jean-Pierre Durand (J-P.D) prend le parti de se réclamer d’Antonio Gramsci. Il nous annonce sous son patronage que nous vivons le temps de la fabrique d’un “homme nouveau”, c’est à dire que nous vivons rien de moins qu’un changement anthropologique. (Alors que nous mangeons déjà du poisson radioactif !) On pense de suite à l’homme/femme des idéologies dites “totalitaires”. Sourcé par un tas de références de ses pairs J-P.D est sociologue au centre Pierre Naville.

Avant une analyse factuelle et de terrain, notre auteur déploie sa trame de départ celle de la “fabrique” de cette homme/femme qu’il tempère finalement par “modelage”.

Sandor Bortnyik - Geometrical Composition (1922)

Il nous semble tout à fait possible de suivre la démonstration de J-P.D à savoir que l’industrie automobile et la production de masse  a été un laboratoire du modèle productif capitaliste. La démonstration qu’il développe sur l’extension de ce modèle et de sa transposition sur la totalité des aspects de la vie, refuse l’explication fonctionnaliste au profit d’une “auto-poesis” du capital.

Le problème à notre avis c’est qu’il ne nous indique rien de la manière dont la classe ouvrière l’a combattu, c’est à dire que son propos ne dit rien de la praxis prolétarienne.

Il en va de même de la tendance historique du passage de la soumission formelle à la soumission réelle du travail sous le capital [3] , dont il élude totalement l’analyse et l’importance et ce n’est pas sans conséquences sur le reste de son propos.

Son explication sur le passage du modèle fordiste à la Lean production (Toyotisme) puis au Lean management ne tient pas plus compte des révoltes, que ce soit celles de l’ouvrier masse ou de celles qui se revendiquaient de l’anti-bureaucratisme structurellement lié au modèle fordiste. (Voir plus bas)

S’il traite plus que succinctement de la crise de la valorisation du capital à la fin des années soixante sans expliciter la configuration géopolitique particulière, (les deux blocs) n’est-ce pas finalement pour mieux éluder la dimension politique de cette contestation ?

On soulignera ici que:

Si les luttes (dont ne parle pas l'auteur) ont fourni l’élan de ce cadre “participatif”  et “travaillé” à ce souhait “d’autonomie” du “salarié” par sa “collaboration” c’est bien après l’échec de fond du projet radical d’émancipation et d’aspirations réprimées et subverties.

Nous pourrions par exemple discuter du  Conseil d’usine  si cher à Gramsci, qui n’a  jamais remis en cause le modèle hiérarchique ou l’organisation technique/scientifique du travail. Ironiquement on pourrait même avancer qu’il est la forme récupérée par le capitalisme du Lean production/management ?

Sa démonstration est pourtant intéressante sur ce qu'implique le Lean management c’est à dire l’objectivation de l’obligation de se mobiliser qui est imposée par le flux tendu à main d’œuvre réduite et qui par la subjectivation à conduit à adopter les objectifs managériaux et donc à intérioriser ce qui était hétéronome à savoir la domination par un déploiement de dispositifs de contrôle (techniques et managériaux).

La limite du Lean se trouve dans la fragilité du flux et dans ce qu’implique socialement, nerveusement, physiquement sur les “salariés” mais jusqu’à quel point ? Dans un monde où les hommes et les femmes sont des marchandises obsolètes ?

Mais aussi parce que le modèle productif trouve sa butée dans un monde de services fait d’humains et donc d'imprévisibilité. Voilà donc les limites du Lean.

C’est pourquoi J-P.D peut affirmer sans surprise que nous sommes à l’heure du post-fordisme. Sans pour autant avoir fait disparaître l’encadrement / production par Lean.

Toute la démarche de J-P.D pourrait d’une certaine manière faire  écho a minima à celle de Raniero Panzieri en son temps quand ce dernier énonce:
Il nous faut absolument repenser la façon dont le socialisme peut se servir de la sociologie ; les méthodes sociologiques doivent être étudiées à la lumière d’hypothèses fondamentales qui découlent d’un fait initial : les conflits peuvent se transformer en antagonisme et n’être plus dès lors fonction du système (les conflits étant fonction du système parce que le système progresse par eux). “

Publié en 1965 dans Quaderni Rossi, n° 5.  Conception socialiste de l’enquête ouvrière.

Surtout quand J-P.D affirme p.59 de son ouvrage qu’il s’agit de “mettre en œuvre une démarche dialectique, c’est à la fois reconnaître les interstices d’autonomies favorables aux ajustements et surtout rechercher les sources ou les leviers de résistances et d’opposition aux tendances dominantes afin qu’émergent des possibles

Mais la proposition de J-P.D se trouve être finalement inverse de la proposition de R. Panzieri, c’est à dire que :

La sociologie dans son “entreprise” peut se servir du “socialisme” et même partir de la théorie marxiste ! Mais d’un marxisme qui permet d’alimenter la production d’un savoir séparé, une théorie à usage institutionnelle toujours à renouveler dans un monde de capital/savoir qui a sa propre logique productive. Grâce à une “méthode” désubstantialisée c’est à dire dont on élude les fins, mais aussi ses moyens, c’est à dire la radicalité historique dans l’analyse. Autrement dit la compréhension jusqu’à la racine des choses et dont le but précis se trouve dans la perspective révolutionnaire mise en œuvre par les intéressés eux-mêmes.

La sociologie (ici la microsociologie) tant à lisser les antagonismes historiques pour les transformer en un moment de l’accompagnement, (Le conflit contre l'antagonisme), à cause d’un type de focale d’analyse mais aussi grâce à une naturalisation du marché ou de son l’apologie dans la régulation. 

Mais comment pour le cas présent  ?
- Par exemple en traitant de la “disjonction” comme d’un “symptôme” et en utilisant le vocabulaire hérité de la psychologie et en affirmant qu’il s’agit d’une forme de pathologie liée à un décalage, une désillusion ou d’une attente contrariée du corps social par rapport à une supposée “autonomie” dans le travail qui ne peut se réaliser réellement (?) . Celle-ci génère donc une forme de “clivage” dont les “ajustements“ se trouvent être dans des “leviers”. Il ne reste alors que la thérapie, la psychologie du travail, un management plus humain ou les électrochocs.  Notons de plus que l’utilisation ces derniers temps de ce type de registre a toujours la manie à déplacer  la “conflictualité”  dans l’individu.  Autrement dit elle ne sera traitée que de manière interne et non plus externe. Voila donc une autre manière de ne point discuter  des rapports sociaux de classes.
- En ne traitant pas des conditions par lesquelles le “producteur” s’est historiquement structuré depuis les premiers affranchissements de l’époque médiévale jusqu’au statut de l’auto-entrepreneur, c’est à dire en tant que “travailleur libre”, autrement dit en tant que travailleur considéré comme propriétaire de sa force de travail -  et donc contraint d’être un individu formellement “libre” à savoir une marchandise et comme toutes les marchandises avec une valeur d’usage et un d’échange. Cette “subjectivation” du prolétaire comme individu n’est donc pas nouvelle et elle ne doit rien particulièrement à une théorie originale du management sortie de la tête de Ford ou d’un prof du M.I.T, mais à la structuration du capital à son approfondissement et ses accélérations.

Si J-P.D nous parle de dépossession (des savoir-faire), il n’indique rien sur cette aliénation historique au fondement de la grande expropriation opérée par le capital ou/et de la séparation d’avec les moyens de production.

Ce grand scandale dont il n’est jamais question et dont on ne veut rien savoir et qui est au cœur même de la critique révolutionnaire de l’exploitation.

Contrairement à ce que peut laisser supposer l’auteur du livre, le prolétaire de par sa condition même a déjà tout à fait intégré le décalage entre ses aspirations et le réel. Celles qui sont soit disant proposées par la société marchande et sa position de dominé. Sa situation même lui dicte l’impossible comme le possible.

Il n’y a que le méritocrate qui prend des coups de plafond de verre sur le crâne.

Mais cela lui imposerait alors une critique sévère de la classe de l’encadrement et des illusions qu’elle entretient par le biais de sa fonction de sa reproduction et des idées qu’elle produit.

Bien avant de rentrer dans le cœur de l’activité économique le prolétaire est déjà séparé, pour le meilleur et pour le pire de ce qui a permis de voir “l'individu” émergé dans nos sociétés.

Cette catégorie “d’individu” est constitutive de l’économie marchande et du monde contemporain mais elle est aussi ne l’oublions pas la source de la subjectivité moderne c’est à dire d’une forme d’auto-conscience, d’une conscience réflexive mais aussi de formes contemplatives autrement dit du retrait.

La “subjectivitation” des prolétaires questionne toutes les philosophies politiques de la “réconciliation”.

Se “réconcilier” ? Mais avec quoi au juste ? Si nous  sommes “séparés” ne le sommes nous pas essentiellement d’avec les moyens de production ? Par la hiérarchisation (brutale, cachée , feutrée ou intériorisée ) pour l’exploitation ?


Soulignons un paradoxe peut-être éclairant pour comprendre ici les enjeux.


L’ouvrage de J-P.D s’inspire de Gramsci et d’une accroche historiciste à savoir celle de cet “’homme nouveau” qui s’annonce toujours plus nouveau que le précédent. Comme cette impression de vivre L'Époque la plus importante chaque fois plus charnière que les précédentes.

Mais rappelons ici que Gramsci était fasciné par le modèle fordiste. Ce que J-P.D ne souligne pas ou dissimule. Gramsci défendait donc un modèle qui n’était pas sans lien avec le hiérarchisisme, l’autoritarisme et le centralisme du parti bolchevik. Comme Trotski dans Terrorisme et communisme, (1920) il reste un défenseur de la militarisation du travail.

“ Le principe de la contrainte, directe ou indirecte, dans l'organisation de la production et du travail, est juste, mais! la forme qu'elle avait prise était erronée; le modèle militaire était devenu un préjugé funeste [...] se refuser la possibilité de comprendre l'importance, le sens et la portée objective du phénomène américain, qui est aussi le plus grand effort collectif qui se soit manifesté jusqu'ici pour créer, avec une rapidité prodigieuse et une conscience du but à atteindre sans précédent dans l'histoire, un type nouveau de travailleur et d'homme.”
Gramsci dans Américanisme et Fordisme [Notes extraites du Cahier V écrit en 1934.]

Or l’auteur est pensons nous un représentant de ce marxisme des rapports de production [4] ou orthodoxe, dont le modèle a été un échec aussi bien pratique que théorique.

Ce qui explique la perspective politique de son analyse comme de ses propositions ou de ses analyses. Elles se situent finalement au niveau de l'échec de ce courant et donc du “pessimisme” politique.

 
Cauchemar climatisé ou Barbarie ?


Il n’est alors point étonnant que les hypothèses et conclusions de l’auteur ne soient que d’ordre du binaire, de la partition ou du scénario, c’est à dire quelque chose écrit d’avance. Le noir, le pessimiste donc (et entendu) et le rose très pâlichon que l’on ne sait vraiment comment qualifier mais dont les propositions relèvent du :

- Partage du “travail” toujours aliéné. C’est à dire que la merde est toujours ramassée par les mêmes, la hiérarchie se trouve conservée.
- De la redistribution des “richesses” ? faites sur du travail manifestement exploité ? ou celles faites sur le pillage ou la fabrication d’armes ?
- D’une finance clairvoyante puisqu’il la trouve “aveugle” et absurde (pas pour tous)
- D’un “capitalisme de reconstruction” de la planète (sic)
- “Des entreprises aux finalités revisités” c’est à dire l’art et la manière d’aménager sa propre geôle.
?
 - etc...

N’en jetez plus…

Enfin de compte J-P.D ne compte que sur l’auto-poesis du capital et sur les réactions possibles qu’elle  suscitera (on comprends mieux pourquoi) chez les prolétaires tout en étant plus que sceptique sur sa capacité d'organisation. En affirmant par exemple que “les hommes participent à l'histoire mais ne la font qu’a de rares occasion” p 259.

On peut bien l’entendre, comme le fait que le "capital humain” ne soit qu'une “chose” et même obsolète mais les lignes ne bougent pas toutes seules sauf à considérer qu’il n’y a que des "objets" et pas de “sujet” et donc pas de capitalisme.

On peut même défendre l’idée que les hommes / femmes font l’histoire malgré eux et des fois contre eux -mêmes, mais ne doit-on pas aller dans le sens de cette nécessité de faire l’histoire consciemment ?

Si notre micro-sociologue déborde son objet pour rentrer alors dans l’historique c’est pour affirmer avec un certain mépris mécaniste (selon nous) qu’il ne s’agit que de “cris collectifs”, donc pour mieux éviter de parler de ce qui “pourrait être” ou de la nécessité de s’organiser par exemple ? De résister collectivement pour et par un combat de classe pour l’abolition de la société capitaliste et de ses catégories....

Il nous semble tout à fait incroyable que l’auteur puisse disserter sur ses propres propositions qualifiées “d’optimistes” et qui tournent autour d’un pathétique et dérisoire régulationnisme de ravalement de la misère (Étrange pour un marxiste !)  auquel il ne croit d’ailleurs pas alors que pendant une centaine de pages il est question de rien de moins que d’une transformation anthropologique !

Si le communiste, n’a pas à être “optimiste” ou “pessimiste” c’est qu’il ne se demande pas si son action est “indispensable” ou “inutile”. Il sait surtout qu’il ne peut plus vivre dans la société actuelle, il comprend également qu'une solution individuelle n’est qu’une illusion. Mais surtout ne compte sur aucun scénario écrit à l’avance. Ce n’est bien sûr pas le propos de notre auteur.

      L’agnosticisme sociologique — l'un des moyens de défendre des positions idéologiques devenues indéfendables devient par la-même un principe fondamental de méthode (agissant inconsciemment bien entendu). La sociologie se comporte ainsi tout comme la bureaucratie des pays capitalistes, ou des monarchies semi-féodales passant au capitalisme : elle « résout » les questions embarrassantes en renvoyant éternellement les dossiers un service à l’autre, aucun d’eux ne se déclarant compétent pour prendre une décision au fond

György Lukács, La Destruction de la raison. II, L'Irrationalisme moderne, de Dilthey à Toynbee Éditions de L’Arche 1959, p. 160.


Cette “décision de fond” dont parle Lukács pourrait s’appuyer dans un premier temps sur la dénonciation de ce que l’on peut qualifier ici même de nihilisme en sociologie, qui sous couvert d’une forme de “rationalité” mécaniste nous affirme que rien n’est plus possible et que tout court inévitablement vers le pire ou le rose de celui dont on use pour le capitonnage de cercueil.

La fatalité historique étant décryptée et analysée par le seul sociologue dans son petit bureau du centre Pierre Naville face à la puissance de l'imprévisibilité de l’Histoire !

Comme un vieux sketch de la deuxième internationale en inversé et en version anxiogène mais avec un fatalisme d’une autre nature, non de l'avènement du socialisme mais du parce que “tout est foutu”.

Quant au quiétisme il est toujours entretenu par ce capital automate qui liquide tout sur son passage.

Alors point besoin de s’agiter on ne bouge plus, ça ne bouge pas.

L’histoire n’est plus à faire, le pudding plus à manger parce qu’il est avarié. Mais avons-nous seulement le choix de ne pas le bouffer ?

On constatera donc l'abandon de la perspective révolutionnaire est le trait le plus saillant du livre. Il est alimenté par les limites de la subjectivité en politique. Parce que le volontarisme est impuissant à contrebalancer l’arrivée de la figure de “l’individu”, d’un individu qui plus est séparé (de son produit et des autres) et chaque fois plus des différents aspects de sa propre vie.

C’est aussi parce que celui-ci est toujours sommé de choisir entre la politique et la vie, la théorie ou la pratique, l’individu ou le collectif, ceci dans un monde ou le “calcul” du lendemain se trouve être la seule “action” possible.

S’il est difficile de proposer des solutions clés en main, il est en revanche impossible d’éluder la perspective révolutionnaire afin d’éviter l’agnosticisme sociologique qui peut virer au nihilisme.

Il s’impose également à notre but de renouer avec l’enquête ouvrière (par exemple) comme outil de combat/compréhension. Celui-ci nous permettra de briser l’atomisation et de renouer avec les logiques collectives du combat de classe. Pour ne plus laisser aux spécialistes (l’intellectuel organique et séparé) le soin d’éluder l’optique révolutionnaire ou de nous égarer dans les voies du compassionnelle ou du défaitisme.


Apprendre à nager
Pour ne pas être happé par le tourbillon de l’absurde
Construire un radeau
Plonger pour ne pas vaciller au niveau de l’écume
Rejoindre l’autre rive et repartir
Se saisir de l’horizon pour enfin quitter
Le bord de L’eau...[5]




NOTES

[1] Du grec : phainómenon, « ce qui apparaît » et logos, « étude ».

[2] Couplet 1 de L'INTERNATIONALE, Eugène Pottier en 1871.

[3] Voir à ce sujet : Un chapitre inédit du CAPITAL - Karl MARX : Résultats du procès de production immédiat https://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-inedit/kmcapI-6-2G.htm

[4] Voir notre prochaine émission de Radio Vosstanie avec João Bernardo autour de son ouvrage : Economia dos Conflitos Sociais - (Économie des conflits sociaux).

[5] Nom de la maison d’édition de l’ouvrage dont il est question.

vendredi 19 janvier 2018

Discours du député Otto Rühle, Le 25 Octobre 1918, au Reichstag

DISCOURS DU DÉPUTE OTTO RUHLE (1),
LE 25 OCTOBRE 1918, AU REICHSTAG


Au nom des ouvriers et soldats sociaux-démocrates, qui ne se rattachent ni au parti des socialistes gouvernementaux et dépendants ni au parti des sociaux-démocrates indépendants, et qui sont pourtant des milliers et des milliers (2), au nom de ces hommes qui revendiquent le droit de se faire entendre du haut de cette tribune, et de dire leur mot dans une situation politiquement et historiquement importante, je veux, très brièvement, préciser notre point de vue sur les problèmes qui ont été au centre des débats de ces derniers jours.

Nous repoussons toute paix d'entente que les gouvernements bourgeois-capitalistes ont l'intention de conclure et sont sur le point de conclure sur le dos des peuples exsangues. A l'époque de l'impérialisme, une paix de compromis qui puisse servir le bien du peuple et les intérêts de la classe ouvrière est chose purement et simplement impossible. Un tel accord ne sera jamais réalisé qu'aux dépens du peuple. Car, la contradiction politique, économique, historique qui oppose le capital au travail, la bourgeoisie au prolétariat, n'a pas été supprimé : elle continue d'exister, et même cette guerre n'a fait que l'élargir et l'approfondir.

S'il est vrai que l'ennemi principal, l'ennemi mortel de la classe prolétarienne est [pour chaque prolétaire] dans son propre pays (3), on comprendra que le prolétariat ne puisse être d'accord, quand ces ennemis mortels s'entendent et s'allient dans le monde entier aux dépens du prolétariat et contre ses intérêts vitaux.

Dans la paix qu'on envisage, ce dont il s'agit, c'est uniquement de sauver de la catastrophe qui les menace les méthodes d'exploitation et d'asservissement des peuples pratiquées jusqu'ici avec tout ce qu'elles impliquent sur le plan de l'Etat, du droit, de la législation, de l'économie.

Pour la classe laborieuse, il n'existe pas de paix de compromis sur la base du régime capitaliste. Elle exige une paix fondée sur la force : c'est-à-dire que son ennemie mortelle, la bourgeoisie, doit être vaincue, le gouvernement bourgeois capitaliste, renversé, le militarisme mis en pièces ; alors le prolétariat révolutionnaire imposera la paix socialiste au régime bourgeois qu'il aura vaincu et jeté bas.

En second lieu, nous repoussons cette prétendue démocratie, ce parlementarisme (4) que le régime bourgeois capitaliste offre au peuple allemand au moment précis ou on ne peut plus nier que le militarisme, qui constituait jusqu'ici le rempart le plus solide de la domination de classe réactionnaire, s'effondre irrésistiblement, et ou le Haut Commandement lui-même acquiert la conviction que la guerre est définitivement perdue. Cette prétendue démocratie par la grace de Hindenburg n'est rien d'autre qu'un decor destiné à faire illusion, à égarer l'opinion et qui dissimule une tentative désespéré : en accordant des pseudo-réformes, des réformettes sur le papier, on veut mettre à l'abri l'essentiel, le coeur même de ce systême capitaliste, on veut le sauver en empêchant qu'il ne soit traduit devant le tribunal des masses. Il est des sociaux-démocrates pour accepter de tenir le rôle du sauveur de dernière heure, ou celui de bouclier chargé de protéger cette société bourgeoise qui craque de toutes parts : les masses ressentent cette attitude comme une honteuse trahison [...] (« Très juste  !  sur les bancs des sociaux-démocrates indépendants).

[...] Et elles se voient flouées et moquées par cette pseudo-démocratie qu'on tente de leur faire prendre pour un gouvernement du peuple.

Les masses, pour se sentir libres, ont besoin de tout autre chose : la démocratie du socialisme, la République fondée sur la révolution socialiste et à cet effet, elles exigent, en premier lieu, l'abdication de l'Empereur en tant qu'instigateur de cette guerre mondiale (5).

(Bruit prolongé. Le président agite sa sonnette).

Le Président «  Monsieur Rühle, vous avez exigé l'abdication de l'Empereur en invoquant des motifs inexacts quant au fond et qui contredisent au respect que l'on doit à l'Empereur. Je vous rappelle à l'ordre. »

« Bravo ! » (6).

Rülhe : « Ce rappel à l'ordre ne lui évitera pas le jugement qui l'attend  !...  »_

(Désordre dans hémicycle. Le président agite sa sonnette.)

Le Président : « Monsieur Rülhe je vous interdis toute remarque sur mon activité de président. Pour cette remarque, je vous rappelle à l'ordre une seconde fois.  »

« Bravo !  »

Rülhe : « Enfin nous repoussons la prétendue Société des Nations au sein de laquelle les gouvernements bourgeois capitalistes, avec l'aide une  fois encore, de certains sociaux-démocrates, veulent se retrouver après Ia guerre. Cette ligue d'Etats, cette Société des Nations, quel que soit son , ne saurait être qu'une coalition de puissances hostiles aux ouvriers ennemies de la liberté, une Sainte Alliance constituée pour écraser et étouffer la révolution sociale qui grandit déjà. Nous voyons bien comment les grandes puissances capitalistes s'entendent a merveille pour accomplir cette infamie : étrangler la révolution populaire en Russie, envers laquelle nous nourrissons une sympathie sans bornes. Ce n'est pas d'une Société des Nations du type Wilson (7) ou d'un modèle analogue, seule réalisable sur la base du régime capitaliste, que la classe laborieuse attend sa libération et son salut elle aspire à la fraternisation de tous les peuples afin d'établir une association qui garantisse durablement la paix et la civilisation sous le signe du socialisme victorieux.  »

(«  Très bien !  » sur les bancs des socialistes indépendants.)

« J'appelle toute la classe ouvrière, et en particulier la classe ouvrière d'Allemagne, à conquérir ce socialisme par la révolution (8) ! L'heure de l'action a sonné !  »

(Bruit prolongé sur tous les bancs. Sonnette du Président).



Extrait tiré de  Le Spartakisme - Les dernières années de Rosa Luxemburg et de  Karl Liebknecht  1914-1919 de Gilbert Badia

Notes

 (1) Otto Rühle est le premier député qui ait joint sa voix à celle de Karl Liebknecht pour refuser de voter le budget de guerre, le 20 mars 1915. Au sein des Spartakistes, Rühle incarnera une conception anarchisante. Il Participe activement au Congrès de fondation du K.P.D., mais sera exclu de ce parti en 1920. Toutefois, dans ce discours, sa position est celle de tous les dirigeants Spartakistes.

(2) Seul député Spartakiste en mesure de prendre in parole au Reichstag (depuis que Liebknecht est en prison), Rühle exprime ici, en gros, le point de vue des ouvriers et soldats d'extrême-gauche, politiquement organisés ou non.

(3) Rühle reprend la formule célèbre de Karl Liebknecht : «  der Hauptfeind steht im eigenen Land ».

(4) Rühle se prononcera, au Congrès de fondation du K.P.D., contre la participation aux élections à l'Assemblée nationale.

(5) Le 25 octobre, la majorité du Reichstag ne veut pas encore entendre parler d'abdication.

(6) Ces «  Bravo. ! » semblent être le fait des députés qui approuvent Président.

(7) Les Spartakistes ont, dés le début, combattu le programme wilsonien. Ils se séparent, sur ce point aussi, de la majorité des sociaux-démocrates qui, eux, l'approuvent en gros

(8) — Il faut que l'autorité de l'Etat soit déjà bien ébranlée pour qu'un Député - allemandpuisse ainsi, de la tribune du Reichstag, lancer on appel à la révolution. Ainsi avons-nous une idée du climat de l'Allemagne à l'avant-veille de la révolte des marins.